Monthly Archives: juillet 2012

Premier verdict de la Cour pénale internationale : Lubanga condamné pour crimes de guerre commis en Ituri

Au terme de son premier procès, la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale (CPI) a reconnu aujourd’hui Thomas Lubanga Dyilo coupable de crimes de guerre commis en Ituri (République démocratique du Congo, RDC) en
2002 et 2003. Président fondateur de l’Union des patriotes congolais (UPC) et commandant en chef de sa branche armée, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), il s’est rendu coupable de l’enrôlement, la conscription et l’obligation d’enfants de moins de quinze ans à participer à des hostilités. La FIDH et ses organisations membres en RDC, l’Association africaine des droits de l’Homme (ASADHO), le Groupe Lotus et la Ligue des électeurs, se félicitent de cette décision historique qui clôture le premier procès de la CPI, qui s’était ouvert trois ans plus tôt.

Par Groupe LOTUS

Communiqué de presse sur le premier verdict contre Thomas Lubanga

Première arrestation d’un présumé responsable de crimes commis aux Kivus


se félicitent de l’arrestation hier matin par les autorités françaises, en exécution d’un mandat d’arrêt délivré par la Cour pénale internationale (CPI), de Callixte Mbarushimana, l’un des principaux dirigeants des Forces démocratiques pour la
libération du Rwanda (FDLR) résidant en France. Il est poursuivi par la CPI pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par les FDLR dans les provinces du Kivu, en RDC, entre fin 2008 et 2009.

La FIDH et ses ligues membres en République démocratique du Congo (RDC), l’Association africaine des droits de l’Homme (ASADHO), le Groupe Lotus et la Ligue des électeurs, et en France, la Ligue française des droits de l’Homme (LDH),

Communiqué de presse sur l’arrestation de Callixte à la Cpi

Plaidoyer du Groupe Lotus pour l’adoption du projet de loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme

Plaidoyer du Groupe Lotus pour l’adoption du projet de loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme
Kinshasa, 04/07. – Le Groupe Lotus , une organisation de défense des droits de l’homme, plaide pour la matérialisation du projet de loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme, a dit M Junior Safari, Secrétaire exécutif de cette organisation, au cours d’un point de presse qu’il a tenu lundi à Kinshasa.

Il a réitéré, à cette occasion, la disponibilité du Groupe Lotus à collaborer avec le gouvernement et même le Parlement congolais, dans la perspective de la promotion de ce secteur dont l’intérêt et l’importance pour la société ne sont plus à démontrer.

Dans ce même cadre, le Groupe Lotus projette l’organisation du 4 au 8 juillet courant d’ une table ronde à l’hôtel Invest , dans la commune de Lingwala, pour rappeler, à l’intention de ses partenaires, entre autres, l’objet et les missions principales de cette structure, à savoir former et informer sans relâche la presse tant nationale qu’internationale en vue d’un changement qualitatif des normes et des pratiques de la société congolaise en ce qui concerne les ressources humaines.
le Groupe LOTUS

l’Oif s’implique dans le dialogue entre les autorités nationales et la société civile

l’Oif s’implique dans le dialogue entre les autorités nationales et la société civile
Kinshasa, 02/07/2012 / Politique.

La délégation à la paix, à la démocratie et aux droits de l’homme de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) appuie une table ronde réunissant à Kinshasa les autorités publiques et les organisations de défense des droits de l’homme.

La Délégation à la paix, à la démocratie et aux droits de l’Homme de l’OIF appuie une table ronde réunissant à Kinshasa (RDC) les autorités publiques et les organisations de défense des droits de l’Homme. Ces consultations nationales sur les droits humains, organisées par le Groupe Lotus, en partenariat avec l’OIF et le Centre Carter, l’Ambassade des Etats-unis d’amérique, l’Ambassade de France, et autres Organisations Internationales se dérouleront du 4 au 7 juillet 2012.

Une délégation de huit personnes (quatre de l’OIF et quatre experts), dirigée par le Délégué à la paix, à la démocratie et aux droits de l’Homme M. Hugo Sada, participeront aux travaux, auxquels prendront part près de 200 participants, en particulier des représentants du Gouvernement et des institutions publiques (ministères et services publics), des parlementaires, des défenseurs des droits de l’Homme issus de toutes les provinces de la RDC, et des représentants des missions diplomatiques.

A l’ordre du jour figurent cinq projets de loi relatifs à la protection des défenseurs, à la création d’une commission nationale des droits de l’homme, à la mise en œuvre du statut de la Cour pénale internationale (CPI), à la lutte contre l’impunité et à la création d’une Cour Constitutionnelle. Seront également abordés la question de la gestion du processus électoral, le renforcement des cadres de concertation entre le Gouvernement et la société civile, ainsi que les mécanismes d’alerte et de protection des défenseurs, témoins et victimes.

L’OIF avait déjà soutenu la première table ronde organisée par le Groupe Lotus en mai 2011 qui avait notamment contribué à créer des mécanismes de protection des défenseurs des droits de l’Homme. Par ailleurs, Monsieur Dismas Kitengue, Président du Groupe Lotus, a participé à la VIIIème Conférence des OING/OSC tenue à Paris les 7-9 juin 2012, aux côtés de plusieurs représentants d’ONG congolaises.

Les 7èmes jeux de la Francophonie présentés lors du Forum mondial de la langue française à Québec

La Francophonie a saisi l’opportunité du Forum mondial de la langue Française à Québec, grand rassemblement organisé autour de la jeunesse francophone, pour présenter la prochaine édition des Jeux de la Francophonie qui auront lieu en France, à Nice, du 6 au 15 septembre 2013.

Les Jeux de la Francophonie représentent le plus grand événement sportif et culturel de la Francophonie dédié à la jeunesse. Ils sont organisés tous les 4 ans durant l’année post-olympique, sous l’égide de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) par le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) et le Comité National des Jeux de la Francophonie (CNJF).

Les 75 Etats et gouvernements de la Francophonie sont invités à participer à la manifestation. Les organisateurs ont d’ores et déjà enregistré 51 Etats engagés pour cette prochaine édition. Plus de 3000 jeunes talents, sportifs ou artistes, des milliers de spectateurs et de jeunes bénévoles ainsi que des millions d’auditeurs et téléspectateurs sont attendus pour ce rendez-vous qui témoigne d’un engagement renforcé de l’OIF en faveur de la jeunesse.

L’édition 2013 sera moderne, éco-responsable et placée sous le signe des valeurs de solidarité, de diversité et d’excellence. Au programme : 7 compétitions sportives, 7 concours culturels et 2 nouveaux concours de création écologique et numérique. De nouvelles disciplines insuffleront à l’événement une dynamique renforcée : la lutte libre et la lutte africaine pour la partie sportive, les arts de la rue pour la partie culturelle avec trois épreuves : jonglage en style libre, marionnettes géantes et hip-hop.

Les présélections culturelles ont démarré et se déroulent actuellement dans les pays membres de la Francophonie. Une tournée des jurys culturels régionaux, mandatés par le CIJF, est prévue en octobre 2012, afin de procéder au classement des artistes puis à leur sélection définitive prévue d’ici le 30 novembre 2012. Les qualifications sportives auront lieu avant le 15 décembre 2012, et seront organisées par le CIJF en liaison étroite avec les fédérations sportives internationales partenaires.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) compte 56 Etats et gouvernements et 19 observateurs.

Groupe LOTUS

Le Groupe Lotus convie les ONGDH à la deuxième table-ronde : du 4 au 7 juillet courant

2ème table ronde

La salle de réunion du Centre Carter a abrité, hier, une conférence de presse organisée par l’ONGDH dénommée le Groupe Lotus. Dans son adresse, le secrétaire exécutif de cette structure, Junior Safari a annoncé la tenue d’une table-ronde prévue pour trois jours, à dater du 4 juillet courant, à l’Hôtel Invest à Lingwala. Parmi les personnalités attendues, figurent notamment la ministre de la Justice et des Droits humains, Wivine Matipa, l’honorable députée Eve Bazaïba, un expert de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), M. Lazare Kizerba. « Le dernier jour des travaux est réservé aux défenseurs des DH. La 4ème journée, en effet, les défenseurs vont dégager une feuille de route claire. (…) Nous voulons travailler pour parvenir aux résultats, pour garantir l’avenir de notre secteur », a indiqué l’orateur.

Au lendemain de la première table-ronde tenue du 25 au 27 mai 2011, quatre aspects restés en suspens seront au centre des assises annoncées, selon l’orateur. Il s’agit de : la loi sur la protection des défenseurs et mécanismes d’alerte ; la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et entités de liaison ; la lutte contre l’impunité (statuts de Rome et Chambres mixtes) ; élections et DH. L’orateur parlant de la motivation des organisateurs, a précisé que cette opportunité trouvait sa justification dans la dégradation du climat relationnel entre les animateurs d‘institutions étatiques et les défenseurs des DH. Pour rappel, en effet, le Groupe Lotus est une initiative d’un groupe d’universitaires, qui remonte en 1991 à Kisangani, dans la Province orientale. « Nous voulons que des dispositions légales soient arrêtées relatives à la protection des défenseurs des DH. Et davantage même, que ces dispositions soient d’application. La 1ère T.R a eu ceci d’avantageux qu’il a occasionné le rétablissement du dialogue avec les institutions étatiques. Cela a aidé aussi les défenseurs établis en provinces à comprendre que les autorités n’étaient pas leurs ennemis. Nous devons dialoguer », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Depuis que les nouveaux députés nationaux ont été investis, le Groupe Lotus a déjà amorcé des contacts informels avec eux, en vue d’un plaidoyer », a-t-il dit.

La 1ère Journée portera sur les « Projets des lois sur les défenseurs, la commission nationale des droits de l’homme et la lutte contre l’impunité en RDC : quel état des lieux ? ». 8h30 : Accueil des participants 9h30-1Oh10 : Me Sylvain LUMU, Secrétaire Exécutif de la Ligue des Électeurs ; Dismas Kitenge, Président du Groupe Lotus et vice-Président de la FIDH ; Diane Lamberg-Liszkay ; Scott Campbell ; Hugo Sada ; Luc Hallade ; Jean-Michel Dumond. Le 1er exposé sera celui de Lazare KIZERBO de l’OIF, sur : La contribution de la Francophonie à la promotion et la protection des droits de l’Homme dans l’espace francophone. Le 2ème exposé : Le projet de loi sur la protection des défenseurs des droits humains en RDC : Particularité, forces et défis. Le 3ème par l’honorable Eve Bazaïba, portera sur : La proposition de loi sur la Commission nationale des droits de l’Homme en RDC et sa conformité avec les principes de Paris. Le 4ème : Mécanismes de protection nationaux pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme par l’Unité de protection du BCNUDH/MONUSCO, Protection Internationale, Centre Carter et RENADHOC, et les mécanismes de protection internationaux.

Quant à la suite du programme : Mme Elise Sabourin : Expérience de la commission nationale des droits de l’Homme de l’Afrique du Sud et de la société civile sénégalaise et leur collaboration avec le gouvernement et le parlement, exemples de bonnes pratiques pour la RDC par deux délégués, respectivement de l’Afrique du Sud et de la société civile sénégalaise. Exposé 2 par le Doyen de la Faculté de Droit de l’Unikin, le Pr Nyabirungu : Le projet de loi de mise en œuvre du statut de la Cour pénale internationale, CPI en RDC, et sa conformité au statut de Rome : limites et défis.

Exposé 3 par les Prs Akele Adau et Luzolo Bambi : le projet de loi sur les chambres spécialisées mixtes en RDC : économie générale, limites et défis. Journée 2 : Travaux en atelier avec l’appui des facilitateurs et experts. Ces quatre ateliers se tiendront simultanément dans quatre salles différentes, selon des objectifs différents. Le programme général de tous ces ateliers est le suivant : Journée 3 : Mise en commun des recommandations des travaux des ateliers et mise en place d’un comité de suivi des travaux. La 4ème journée est consacrée, quant à elle, aux stratégies de plaidoyer.