Des violences entre civils à Basoko remettent en cause la capacité de l’Etat congolais à assurer la protection de sa population

Ce rapport du Groupe LOTUS met en exergue la recrudescence de la justice populaire dans le territoire de Basoko et qui fait transparaître la défaillance de l’Etat dans sa mission première de la sécurisation des personnes et de leurs biens sur cette partie du territoire national. En effet, depuis le début de l’année 2009, ce territoire du district de la Tshopo dans la Province Orientale, se caractérise par un taux élevé des actes de vengeance privée au vu et au su des éléments de la police nationale congolaise manifestement incapables d’y mettre fin. Ce document du Groupe LOTUS, après une brève présentation du territoire de Basoko, rapporte, dans un tableau sombre, quelques cas de violences entre civils qui y ont élu domicile afin d’interpeller les autorités locales, provinciales et nationales à trouver, urgemment, des mesures appropriées pour mettre fin à cette situation pour répondre ainsi à leur devoir lié à la sécurisation des personnes et de leurs biens.

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *