Le Groupe Lotus convie les ONGDH à la deuxième table-ronde : du 4 au 7 juillet courant

2ème table ronde

La salle de réunion du Centre Carter a abrité, hier, une conférence de presse organisée par l’ONGDH dénommée le Groupe Lotus. Dans son adresse, le secrétaire exécutif de cette structure, Junior Safari a annoncé la tenue d’une table-ronde prévue pour trois jours, à dater du 4 juillet courant, à l’Hôtel Invest à Lingwala. Parmi les personnalités attendues, figurent notamment la ministre de la Justice et des Droits humains, Wivine Matipa, l’honorable députée Eve Bazaïba, un expert de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), M. Lazare Kizerba. « Le dernier jour des travaux est réservé aux défenseurs des DH. La 4ème journée, en effet, les défenseurs vont dégager une feuille de route claire. (…) Nous voulons travailler pour parvenir aux résultats, pour garantir l’avenir de notre secteur », a indiqué l’orateur.

Au lendemain de la première table-ronde tenue du 25 au 27 mai 2011, quatre aspects restés en suspens seront au centre des assises annoncées, selon l’orateur. Il s’agit de : la loi sur la protection des défenseurs et mécanismes d’alerte ; la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et entités de liaison ; la lutte contre l’impunité (statuts de Rome et Chambres mixtes) ; élections et DH. L’orateur parlant de la motivation des organisateurs, a précisé que cette opportunité trouvait sa justification dans la dégradation du climat relationnel entre les animateurs d‘institutions étatiques et les défenseurs des DH. Pour rappel, en effet, le Groupe Lotus est une initiative d’un groupe d’universitaires, qui remonte en 1991 à Kisangani, dans la Province orientale. « Nous voulons que des dispositions légales soient arrêtées relatives à la protection des défenseurs des DH. Et davantage même, que ces dispositions soient d’application. La 1ère T.R a eu ceci d’avantageux qu’il a occasionné le rétablissement du dialogue avec les institutions étatiques. Cela a aidé aussi les défenseurs établis en provinces à comprendre que les autorités n’étaient pas leurs ennemis. Nous devons dialoguer », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Depuis que les nouveaux députés nationaux ont été investis, le Groupe Lotus a déjà amorcé des contacts informels avec eux, en vue d’un plaidoyer », a-t-il dit.

La 1ère Journée portera sur les « Projets des lois sur les défenseurs, la commission nationale des droits de l’homme et la lutte contre l’impunité en RDC : quel état des lieux ? ». 8h30 : Accueil des participants 9h30-1Oh10 : Me Sylvain LUMU, Secrétaire Exécutif de la Ligue des Électeurs ; Dismas Kitenge, Président du Groupe Lotus et vice-Président de la FIDH ; Diane Lamberg-Liszkay ; Scott Campbell ; Hugo Sada ; Luc Hallade ; Jean-Michel Dumond. Le 1er exposé sera celui de Lazare KIZERBO de l’OIF, sur : La contribution de la Francophonie à la promotion et la protection des droits de l’Homme dans l’espace francophone. Le 2ème exposé : Le projet de loi sur la protection des défenseurs des droits humains en RDC : Particularité, forces et défis. Le 3ème par l’honorable Eve Bazaïba, portera sur : La proposition de loi sur la Commission nationale des droits de l’Homme en RDC et sa conformité avec les principes de Paris. Le 4ème : Mécanismes de protection nationaux pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme par l’Unité de protection du BCNUDH/MONUSCO, Protection Internationale, Centre Carter et RENADHOC, et les mécanismes de protection internationaux.

Quant à la suite du programme : Mme Elise Sabourin : Expérience de la commission nationale des droits de l’Homme de l’Afrique du Sud et de la société civile sénégalaise et leur collaboration avec le gouvernement et le parlement, exemples de bonnes pratiques pour la RDC par deux délégués, respectivement de l’Afrique du Sud et de la société civile sénégalaise. Exposé 2 par le Doyen de la Faculté de Droit de l’Unikin, le Pr Nyabirungu : Le projet de loi de mise en œuvre du statut de la Cour pénale internationale, CPI en RDC, et sa conformité au statut de Rome : limites et défis.

Exposé 3 par les Prs Akele Adau et Luzolo Bambi : le projet de loi sur les chambres spécialisées mixtes en RDC : économie générale, limites et défis. Journée 2 : Travaux en atelier avec l’appui des facilitateurs et experts. Ces quatre ateliers se tiendront simultanément dans quatre salles différentes, selon des objectifs différents. Le programme général de tous ces ateliers est le suivant : Journée 3 : Mise en commun des recommandations des travaux des ateliers et mise en place d’un comité de suivi des travaux. La 4ème journée est consacrée, quant à elle, aux stratégies de plaidoyer.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *