Les libertés de la presse, d’expression et d’opinion mises à rude épreuve à Kisangani

Les libertés de la presse, d’expression et d’opinion mises à rude épreuve à Kisangani : le journaliste Faustin Edjabo de CCTV- RALIK suspendu et le défenseur des droits humains du Groupe LOTUS, Dismas Kitenge Senga, sous menaces et pressions politiques.

Le Groupe LOTUS, organisation congolaise de défense des droits humains ayant son siège social à Kisangani en RDC, dénonce la suspension du journaliste, Faustin EDJABO du Canal Congo Télévision – Radio Liberté-Kisangani et les menaces, de plus en plus grandissantes sur la personne de Monsieur Dismas Kitenge Senga, un des responsables du Groupe LOTUS et sur son association suite aux interviews qu’il a accordées aux émissions “Polele polele“ de CCTV-RALIK et “Entretien“ du Canal Orient, émettant toutes deux à Kisangani dans la Province Orientale.
En effet, en date du 11 juin 2013, dans le cadre de son émission intitulée en lingala “Polele Polele“ (parlons en toute vérité, traduction en français), animée en lingala, une des langues nationales de la RDC et diffusée tous les mardis, de 20 à 21h et rediffusée tous les mercredis à 23heures sur la chaine de Canal Congo Télévision-Radio Liberté de Kisangani, une chaîne privée appartenant à Monsieur Jean-Pierre Bemba du parti politique MLC (Mouvement de Libération du Congo), le journaliste Faustin Edjabo a recueilli les opinions de la population de Kisangani dans les différentes rues sur les 100 jours du fonctionnement du gouvernement provincial, dirigé par le Gouverneur de province, Monsieur Bamanisa Saidi Jean, élu par l’Assemblée provinciale le 31 octobre 2012. Après avoir interviewé une dizaine de gens, le journaliste s’est déplacé jusqu’au bureau du Groupe LOTUS pour recueillir l’opinion du défenseur des droits humains du Groupe LOTUS, Dismas Kitenge Senga, sur ce sujet. Près d’une vingtaine de minutes, ce dernier a dressé son bilan de gouvernement provincial en le qualifiant de mitigé avec des points positifs et négatifs qu’il a détaillés et motivés. Le même jour, de 20h à 21h, le journaliste Faustin Edjabo a animé l’émission en diffusant les interviews enregistrées et en présentant les réactions recueillies par messages téléphoniques en direct à la télévision. Près de 60% des téléspectateurs ont jugé l’opinion de Dismas Kitenge pertinente et réelle, 30% exagérée et 10% se sont posés des questions.
Juste après cette émission et les jours qui l’ont suivie, Faustin Edjabo déclare avoir reçu en personne à la Chaîne CCTV-RALIK-Kisangani quelques membres du cabinet du gouverneur de province et plus tard leurs coups de fil et des messages téléphoniques dénigrant Dismas Kitenge et qualifiant ce journaliste de corrompu et lui proférant toutes sortes de menaces allant de sa suspension à l’ anéantissement de sa vie.

Le 13 juin 2013, après avoir été informé au préalable par les proches du Gouverneur qui l’avaient menacé et qui lui ont déclaré avoir atteint le directeur général de CCTV à Kinshasa, le journaliste Faustin Edjabo a été signifié de sa suspension indéterminée à CCTV-RALIK par la lettre
n°037/CCTV/RALIK/DP/013, signée par le Directeur de la station de Kisangani. Par cette décision, l’émission “Polele Polele“ n’est plus diffusée sur cette chaîne à Kisangani jusqu’à ce jour. Ainsi, Faustin Edjabo subit des menaces, des pressions politiques et une stigmatisation régulière tendant à l’obliger à demander pardon au Gouverneur de Province orientale pour espérer exercer sa profession ou d’opter de demeurer dans l’anonymat pour préserver son indépendance professionnelle et sa dignité personnelle.

Quant à Dismas Kitenge et le Groupe LOTUS, des attaques et des menaces des hommes politiques, proches et membres du cabinet du Gouverneur de province ont été lancés sur les réseaux sociaux d’internet et à travers divers moyens, appelant à leur discrédit et dénigrement. Le 12 juin 2013, les responsables de l’ANR/Province orientale ont invité Dismas Kitenge à leur remettre la bande vidéo de cette émission et à échanger avec eux sur les mobiles de cette émission et les buts visés par lui. Après sa remise, l’intégralité de cette bande a été visionnée devant eux et dans leur bureau après leur avoir expliqué les circonstances de la participation de Dismas Kitenge à cette émission,
son impartialité et son indépendance vis-à-vis de tout pouvoir.

Le 18 juin 2013, Canal Orient, une chaîne de télévision privée émettant à Kisangani, a invité Dismas Kitenge à participer à son émission
d’analyse des faits sociaux intitulée “l’Entretien“ sur le sujet relatif aux réalisations du gouvernement provincial, ses défis et les perspectives, diffusée régulièrement tous les mardis, de 21h à 22heures. Au cours de cette émission, Dismas Kitenge du Groupe LOTUS a distingué les réalisations du gouvernement central de celles du gouvernement provincial, il a dégagé les principaux défis sur
les plans politique, social, économique, sécuritaire et il a appelé à la cohésion provinciale pour un développement réel et durable de la province orientale. Mais cette émission n’a été diffusée que le 19 juin 2013 à une heure 50’ du matin et rediffusée dans la matinée du même jour trois fois, respectivement à 7heures40’, 10h40’ et 14h.
Cette analyse a, de nouveau, suscité une réaction négative dans les milieux politiques proches du Gouverneur de province tendant à assimiler ledéfenseur des droits humains, Dismas Kitenge, à son opposant politique et accentuer des attaques et une campagne de dénigrement ciblé.

Télécharger

Les libertés de la presse, d’expression et d’opinion mises à rude épreuve à Kisangani : le journaliste Faustin Edjabo de CCTV- RALIK suspendu et le défenseur des droits humains du Groupe LOTUS, Dismas Kitenge Senga, sous menaces et pressions politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *